Quelles méthodes pour dépasser le traumatisme?

Le debriefing: méthode d’intervention rapide (entre 48 et 72 heures après les faits) en cas d’événement choquant touchant un groupe (hold-up, agression, tentative de meurtre, ...).

Cette méthode privilégie l’information et l’échange entre les personnes qui ont vécu le même événement. Elle produit des effets rassurants et leur permet de reprendre plus facilement le cours de leur existence, souvent sans le concours d’un accompagnement professionnel individuel. Elle permet souvent d'éviter le stress post-traumatique.

Retour

 

Les groupes de parole : Ils permettent aux victimes de trouver un lieu de rencontre et d’échange de leurs vécus et de leurs difficultés spécifiques sans devoir affronter un entretien individuel.

Les groupes de parole sont ouverts et sont animés par deux animateurs.

Chaque groupe aborde une problématique particulière. Actuellement, les groupes suivants fonctionnent: un groupe pour victimes de viol, un pour victimes d’agressions sexuelles dans l’enfance.

Retour

 

L'Atelier d'écriture: il fonctionne dans le cadre de la justice réparatrice et s’adresse à toute victime d’infraction pénale désireuse de communiquer de façon créative son vécu de victimisation par le biais de l’écriture: texte, poème, réflexion ... ou encore toute autre forme d’expression.

L'Atelier contribue à la conception et à rédaction du journal « Jonctions », conçu comme un espace d’échange indirect entre auteurs et victimes d’infractions. Ce journal qui ouvre un dialogue entre victimes et auteurs est distribué trimestriellement aux prisons de Forest et de Berkendael.

Retour